Index de l'article

Le GR-G1 aussi appelé "Trace des Alizés" est le seul sentier de grande randonnée en Guadeloupe. Ce sentier traverse la Basse-Terre du sud au nord en cheminant sur les crêtes. 5 refuges gérés par le Parc National de Guadeloupe jalonnent ce long parcours découpé en 6 étapes. Il faut savoir que ces refuges sont situés dans le coeur du Parc National à l'exception de celui de Belle Hôtesse à Pointe Noire.

Dans cet article notre propos n'est pas de présenter le GR-G1, mais de proposer un parcours aller/retour pour chacun des refuges dans la perspective d'y passer une nuit. L'objectif est la découverte des différents aspects de la vie nocturne en montagne dans la forêt tropicale : chants de grenouilles et d'insectes, lucioles, senteurs ...

Avec des photos, nous présentons la description d'un refuge sachant que les 5 sont identiques. Un refuge peut raisonnablement accueillir un maximum d'une dizaine de personnes pour la nuit.

En présentant les parcours d'accès, nous donnons les spécificités de chaque refuge par rapport à son environnement.

 

 

Refuge des Trois-Crêtes

 

 

Description d'un refuge :

Nous prenons comme exemple celui de La Citerne qui a été rénové courant 2015 comme l'ensemble des refuges.

 

Ce panneau de bienvenue est apposé à l'entrée de chaque refuge par le Parc National de Guadeloupe. Il est important d'en prendre connaissance et d'en tenir compte en respectant les recommandations. Le numéro de téléphone affiché n'est pas à jour.

 

 

Le refuge est une construction en bois avec trois pièces.

A l'entrée, une petite terrasse couverte équipée d'un ensemble table/banc fixé à la cloison.

 

La porte de la terrasse ouvre sur une grande pièce (séjour) avec 2 fenêtres. Une grande table/banc est fixée sur la cloison du pignon.

 

 

En se retournant à l'intérieur de la pièce, nous voyons un autre banc (fixé sous la deuxième fenêtre).

 

 

En se tournant un peu plus sur la droite nous découvrons la pièce dortoir avec fenêtre et 3 niveaux de couchage.

 

Les 2 côtés du dortoir sont utilisés.

 

Il y a deux possibilités de couchage :

- Sur les planches du dortoir. Il y a 2 niveaux de couchage de chaque côté de la pièce et 2 niveaux de couchage dans le fond (au-dessous et au-dessus de la fenêtre). Prévoir un tapis de sol pour un meilleur confort sur les planches.

- Dans le séjour en accrochant des hamacs sur les anneaux du pignon et de la cloison intérieure. Prévoir des cordelettes pour attacher le hamac aux anneaux.

Le couchage dans un hamac nécessite de se vêtir plus chaudement car en altitude, les nuits sont fraîches et la circulation de l'air autour du hamac peut amener un refroidissement par le dessous.

 

En ce qui concerne le confort, il n'y a ni électricité, ni eau courante, ni WC.

Généralement il n'y a pas d'eau à proximité des refuges. Seul celui de la Citerne est à une cinquantaine de mètres d'une ravine avec un débit suffisant.

Si vous vous ravitaillez en eau dans une ravine, il est prudent de traiter cette eau pour la rendre potable en utilisant un produit de décontamination microbienne vendu en pharmacie.

Concernant l'éclairage, il est indispensable de disposer d'une lampe frontale avec piles de rechange.

Le téléphone mobile est utilisable dans certains refuges ou à proximité.

 

Pour plus de confort prévoir un petit réchaud à gaz.

Il n'y pas de système de réservation du refuge. Vous pouvez donc vous trouver avec d'autres randonneurs avec lesquels il faudra cohabiter. Certains refuges nécessitant 3 à 4 heures de marche, il peut être difficile d'envisager un retour à la tombée de la nuit.

Il est souvent difficile de bien dormir surtout si on est nombreux. Il y a les ronflements, les déplacements au cours de la nuit ...

 

Donnons maintenant un aperçu de l'extérieur en faisant le tour du refuge. Une nouveauté sur l'un des pignons est le réservoir de récupération d'eau de pluie. Cette eau est non potable.

 

 

La façade arrière avec la fenêtre du séjour.

 

L'autre pignon avec la fenêtre du dortoir.

 

 

Commentaires   

#4 Olivier Colon 14-05-2017 20:20
Merci pour cette description jusqu'au Morne Frébault qui nous a donné envie de nous lancer et nous ne le regrettons pas !
Je tiens tout de même à signaler que ce parcours reste DIFFICILE car les montées sont souvent abruptes et très étroites, avec un sac nécessairement chargé pour avoir un minimum d'autonomie en eau (mini du mini : 6 litres). Lorsque la trace est humide (comme cela a été notre cas) la difficulté est encore accentuée dans les nombreuses montées.
En fin de parcours, avant le refuge et le virage à 90 degré c'est même presque périlleux car le chemin rétrécis et la falaise a beau être caché par la végétation, le vide n'est pas bien loin. Alors surtout, faites cette fabuleuse rando mais préparez-vous bien et n'emmenez que des personnes dont vous connaissez le potentiel.

Merci encore pour cette page, qui, encore une fois, nous a permis de découvrir de fabuleux paysages et une végétation surtout en fin de parcours, étonnante et unique.

Olivier
Citer
#3 Boris 08-05-2017 23:46
Très bonne description du refuge de la Citerne !
Quand nous sommes arrivés, des randonneurs avaient laissé un tapis de sol, des allume-feu, des supports de bougies, du produit-vaisselle. .. Toujours agréable.

Il y a aussi un balais pour pouvoir laisser le redue propre.

Nous sommes arrivés à 4 (2 adultes et 2 enfants) et nous avons partagé le refuge avec un couple et tout s'est bien passé.

Par contre, le temps indiqué entre le refuge et le parking des chutes du Carbet (35 minutes) est tout simplement faux, pour des marcheurs occasionnels. Nous avons mis plus de deux heures (il faut dire aussi qu'il avait plu toute la nuit et que nous avons marché pendant plus de 1h30 dans l'eau ...
Citer
#2 stradale 17-07-2015 13:28
En ce qui concerne le réseau téléphonique au refuge de Belle Hotesse , il fonctionne assez bien devant la terrasse du refuge .
Bonne balade
Citer
#1 Morgan 04-05-2015 21:08
Nous avons passé la nuit dans le refuge des Trois Crêtes ce week end, en partant du col des mamelles et en passant par le Piton de Bouillante.
Attention, la trace entre le piton de Bouillante et le refuge n'est pas très bien entretenue, et les 2h indiquées sur les panneaux sont à revoir à la hausse (compter plutot 3h/3h30 PAR TEMPS SEC) !

Et une fois au refuge...la nuit il fait vraiment froid, un simple sweat pour dormir ne suffit pas du tout!
Citer

Copyright © 2017 Zoom-Guadeloupe - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public